Accueil ACCUEIL

Depuis que Marine le Pen a lanc le dbat sur la viande halal, trs vite repris par le clan Sarkozy, et bien videmment par nos mdias qui n'en ratent pas une.

Depuis ces derniers jours la France oublier ses 5 millions de chmeurs, ses 8 millions de pauvres, ses patrons du CAC 40 qui s'augmentent de 34%%, la crise mondiale et l'Europe qui est au bord de l'implosion.

Non, tout cela n'est plus rien, le plus grave c'est la viande Halal et la faon dont on tue les animaux.

Mais dans quel pays vivons-nous ma petite dame, serait-on tent de dire !

Et si comme le disait le Gnral De Gaulle,la Francetait un pays de veaux, halal ou pas.

Mais lheure ou lUMP vient nous chanter en cur son refrain sur les conditions dabattage des animaux qui devraient tre renforces, on apprend par le Canard Enchain quun dcret du 9 fvrier 2012, pass totalementinaperu, a tait publi pour assouplir les contrles de la volaille!

Voici ce que dit ce texte"relatif un projet pilote dans le domaine du contrle de la production de viande dans les abattoirs de volailles et de lagomorphes" (des lapins), "le vtrinaire officiel n'est pas prsent de faon permanente dans ces abattoirs".

Cela revient dire que dornavant les entreprises sechoisiront parmi leurs salaris, aprs formation auprs d'organismes privs habilits par le ministre, la personne qui dlivrera le certificat de bonne conduite.

Autant dire quil ny aura plus aucun contrle sanitaire.

Eh oui, vous imaginez un salari disant son patron, mais cette viande n'est pas bonne la consommation !

Je vous laisse deviner la rponse

Jusqu' prsent, c'tait l'tat qui assurait ce contrle.

On signalera pour lexemple que pour lanne 2011sur 34 millions de poulets abattus,415 000 ont d tre retir de la vente pour raison sanitaire.

Combien seraient passs dans les mailles du filet avec ce nouveau dcret, et surtout quelles en auraient t les consquences?

Un rapport publi le 16 fvrier et cit par Le Canard enchan doit nous inquiter sur ce sujet:"certains industriels pourraient abuser de la situation en dgradant les exigences de contrle". Pire, le fameux dcret du 9 fvrier pourrait s'tendre l'abattage de porcs et de veaux.

Que penser d'un gouvernement qui veut nous faire croire d'un ct qu'il se soucie des conditions d'abattages des animaux, et qui nous sort un dcret qui va renforcer le risque d'accidents sanitaires de l'autre ?

Source:politique.net

 

Llectrocution aprs la saigne et ses consquences Du rendement au nom du bien tre animal et au mpris du respect du consommateur et de sa sant Prambule

Llectronarcose post-mortem nexiste pas car lanimal est dj mort. Admettre

ce vocabulaire, cest admettre que lanimal reste conscient aprs la saigne, cest

donc, admettre la cruaut selon labattage rituel judaque ou Islamique la vue

de ces mouvements dsordonns de lanimal saign.

Cest plutt le terme lectrocution (passage dun courant lectrique dans le

corps de lanimal) quil convient dutiliser ou dfaut de stimulation lectrique de lanimal mort par analogie la technique de stimulation lectrique pratique sur les carcasses pour initier la phase de maturation de la viande (attendrissement de la viande).

1. Dfinitions

Abattage = inadquat pour les juifs et les musulmans.

Sacrifice = charg de symboles inhrents la protection animale et au respect de la vie des animaux. Ce vocable vite :

La banalisation de la mise mort des animaux pour notre propre survie

Une drive cannibale des hommes envers les animaux (la disparition de ou la rarfaction de certaines espces animales on est la preuve) et mme entre humains (Les guerres sont une forme de cannibalisme mme si on se refuse le

reconnatre).

2. Quest-ce que la viande ?

2.1 Viande

La viande sensu stricto du terme est la transformation logique du muscle squelettique en viande aprs labattage dun animal sain.

2.2 Le muscle squelettique

Il est form de fibres musculaires (cellules musculaires) organises en lamelles ou feuillets appels myotomes ou myomres. Ces lamelles ou feuillets sont embots les unes sur les autres, mais spars entre elles par du tissu conjonctif : les myocomes ou myoseptes.

2.3 Le tissu conjonctif

Il forme un rseau support dun bout lautre du muscle. De ce rseau se

dtachent des tractus divisant le muscle en lamelles et les lamelles en fibres.

Le tissu conjonctif est form de filaments fins formant le rticule compos de collagne, de rticuline et dune substance non structure dite fondamentale.

2.4 Fibre Musculaire

La fibre musculaire, cest la cellule de base constituant le muscle.

Elle est constitue dune membrane appele le sarcolemme, de plusieurs noyaux, de mitochondries, de complexe de Golgi, de granules de glycogne (assemblage

de plusieurs molcules de glucose) et de gouttelettes lipidiques.

Dans le sarcoplasme c'est--dire le liquide fondamental lintrieur de la fibre (cellule musculaire) on trouve des myofibrilles entoures dun rticulum sarcoplasmique.

2.5 Myofibrille

Elment constitutif de base de la fibre ou cellule musculaire.

La myofibrille est elle-mme constitue de myofilaments, les uns pais forms de myosine, les autres, fins forms dactine. Cet ensemble de myofilaments prsente la coupe micrographique un aspect stri transversal d une succession superpose de lignes fonces appeles strie Z au milieu dune bande claire dite bande I suivie dune bande fonce dite bande H prsentant en son milieu une ligne distincte appele strie M.Lunit contractile est le sarcomre correspondant lespace entre 2 stries Z (En somme limage du tissage dun tapis ou dune couverture uniforme avec des nuances de couleur en transversal de diffrentes largeurs)

Source : http://www.neurone.fr/MUSCLE%20ET%20PHYSIOLOGIE%20MUSCULAIRE

Lensemble des phnomnes physico-chimiques et biochimiques dont cet ensemble complexe est le sige aprs le sacrifice dun animal sain donne la viande, produit consommable pendant un certain temps pour voluer inluctablement vers lautolyse et la putrfaction si aucun moyen de conservation nest appliqu

2.6 Evolution du muscle en viande

A la complexit de structure et de composition du muscle vient sajouter la

complexit des

phnomnes physico-chimiques et biochimiques dont il est le sige aprs

labattage dun animal sain.

On connat les principaux phnomnes perceptibles sur la carcasse dailleurs ainsi que les facteurs dviant leur bon droulement aboutissant des dfauts de la viande (animaux stresss, animaux puiss, animaux blesss, animaux malades, animaux mal saigns (saigne incomplte ou dfectueuse, saigne sans assommage, avec assommage) animaux morts etc.)

La connaissance de ces principaux phnomnes a t galement exploite en technologie de la transformation, de la conservation et de la cuisson de la viande.

Lors de la fte de lAd El ADHA (connu en France hlas ! sous le nom de la fte du mouton), la viande du mouton du sacrifice nest consomme que le lendemain, ce nest pas par hasard. Les anciens savaient ces phnomnes dvolution du muscle en viande mais ignoraient les mcanismes scientifiques.

Afin de faciliter la comprhension, je mefforcerai de simplifier ces phnomnes

de transformation du muscle en viande.

2.7 Phnomnes physico-chimiques et biochimiques de transformation du muscle en viande

Ces phnomnes complexes ont des rpercussions perceptibles sur la carcasse dont on distingue trois phases :

- Phase dexcitabilit musculaire

- Phase de rigidit cadavrique ou rigor mortis

- Phase de maturation ou de rsolution de la rigor mortis

2.7.1 Phase dexcitabilit musculaire ou Pr-Rigor

Cette phase est caractrise par des contractions dsordonnes dont les

mcanismes sont identiques ceux de la contraction in vivo (animal vivant), mais linflux nerveux synchronisateur des actions unitaires est absent. Les excitations sont dordre mcanique, thermique et ou chimique.

Remarque N1

La Prsence de ces contractions musculaires sur la carcasse dpouille c'est--dire

aprs un temps prolong (au-del de 15 minutes au minimum= dure des oprations

dabattage pour les observer) sont une preuve que les mouvements des animaux juste aprs la saigne sans assommage ne peuvent en aucun cas tre considrs comme un signe du maintien de lanimal en vie et donc des ractions de douleur.

2.7.2 Phase de Rigidit cadavrique ou Rigor Mortis

Cette phase est caractrise par un durcissement du muscle et la perte de son extensibilit.

Le corps et les membres de la carcasse sont tendus et durs ou rigide do le nom de rigidit cadavrique car ce phnomne sobserve sur les cadavres.

Au passage, ce phnomne de rigidit cadavrique en particulier aide les enquteurs dater la mort dun animal ou dun humain.

La rigidit cadavrique rsulte essentiellement de la forte diminution de lnergie chimique du muscle : adnosine triphosphate(ATP). En effet in vivo (animal vivant), cette molcule dATP permet aux myofilaments dactine et de

myosine de glisser les unes sur les autres et de fournir lnergie ncessaire

au travail musculaire. Comme le montre les ractions suivantes :

Myosine +ATP Myosine*- ADP

(Myosine active)

Actine +ca2+ (calcium) Actine M

(Dmasquage des sites de fixation de la myosine sur lactine)

Actine M + Myosine*- ADP Actomyosine+ ADP

(Contraction ou glissement des myofilaments)

ATP

Actomyosine Actine + Myosine*- ADP + P

2+

(Magnesium) (phosphate)

In vivo (animal vivant) et dans les conditions normales, la concentration de cette nergie chimique (ATP) dans le muscle est plus ou moins constante. Cette dernire est fournie par 4 voies de synthse :

Phosphocratine-Kinase-Mg2+

a) ADP+ Phosphocratine Cratine + ATP

Adenylate kinase

b) 2 ADP ATP AMP. P

Pi phosphorylase En arobiose (+O2)

C) Glycogne Glucose -1P. CO2 +H2O + 34 ATP

Pi phosphorylase En anarobiose (-O2)

d) Glycogne Glucose -1P.. . 2 lactate (acide lactique) + 3 ATP

Aprs la Saigne et donc la mort de lanimal, Le sang est vacu, la circulation sanguine est arrte, la respiration cellulaire est stoppe et donc arrt de lapport doxygne (arobiose), lanarobiose sinstalle (environnement des cellules sans oxygne) dont la consquence est la chute de la concentration de lATP car la raction C (3me raction) qui fournit la plus grande quantit dATP est stoppe.

En absence doxygne, la glycolyse anarobie (dgradation du glycogne en absence doxygne) en loccurrence la raction d dont le rendement en ATP est faible sinstalle accompagne dune chute du potentiel doxydorduction.

La phosphocratine (molcule qui sert la synthse de lATP) spuise dans les

moments qui suivent la mort (arrt de la raction a).

La production de cette nergie chimique du muscle ATP (raction d qui reste active pendant un certain temps) narrive pas compenser les pertes qui sont hydrolyses sous laction de diffrentes hydrolases (enzymes : les ATP ases)

En absence dATP les myofilaments dactine et de myosine se lient dunemanire irrversible, il en rsulte la rigidit cadavrique ou Rigor mortisLa glycolyse anarobie (raction d) aboutit laccumulation de lacide lactique. Ce dernier entrane une diminution du pH qui lui-mme va entraner larrt de la glycolyse anarobie c'est--dire la dernire raction (raction d qui reste active) par inhibition de certaines enzymes notamment les phosphorylases et ce mme si le stock du glycogne musculaire nest pas puis (environ 3% dans le muscle).

Remarque N2

La concentration de la phosphocratine est variable dune espce animale lautre et mme entre individu dune mme espce. Lentre en phase de rigidit cadavrique chez les poissons est plus rapide car les taux de cette molcule sont faibles par rapport aux mammifres.

Remarque 3

Les animaux stresss, puiss ou fatigus (fuite dun animal larrive labattoir) ont avant labattage des concentrations non ngligeables dacide lactique dans leurs muscles, entranant des modifications notables de ces processus de transformation du muscle en viande. Ils aboutissent des dfauts de la viande (viande surmene ou viande exsudative) qui est de mauvaise qualit, se conserve mal sinon inconsommable.

Les effets positifs du bien tre animal transform en nourriture pour lhomme sont scientifiquement prouvs do les exigences des textes rglementaires en matire de transport, de laire de repos labattoir etc.

Respecter la rglementation relative ce bien tre animal constitue une voie daccs pour lobtention dune viande dite Halal car ces exigences rglementaires sont dans les textes religieux depuis des sicles.

Remarque 4

A titre dinformation le pH de la viande des animaux de boucherie se situe entre 5.4 5.6.

Ce dernier a galement un rle non ngligeable dans le dveloppement et la prolifration des germes. Ainsi le pH de la chair du poisson qui se situe entre 6 6.2, lui confre une grande instabilit microbiologique et par consquent une plus grande altrabilit que la viande.

Remarque 5

La consommation de la viande durant cette phase est dconseiller. Elle est dure,

difficile digrer et sans got car les substances responsables de sa succulence, de sa tendret ne sont pas encore produites

Remarque 6

Lutilisation de cette phrase de rigidit cadavrique ou rigor mortis est la phase ultime

pour la transformation de viande en charcuterie. En effet toute leau de la carcasse est encore pige par les protines (rtention deau par les protines leve). Cette rtention deau facilite la fixation du sel et sa diffusion dans la viande aboutissant un produit de charcuterie de qualit sur les plans de lhygine, de la texture et du got

Remarque 7

Si on refroidit les carcasses une temprature ngative (rfrigration rapide -1C) et

surtout lorsquon les congle pendant cette phase de rigor mortis, c'est--dire dans les heures qui suivent la mort, un phnomne de contracture au froid est invitable au moment de la dconglation entranant une exsudation de la viande (perte de liquide et des nutriments) avec un risque majeur de prolifration des germes car le terrain est trs favorable. La viande est dure, sche et insipide (sans got) la cuisson.

Afin dviter ce phnomne on utilise la technique de la simulation lectrique (lectrocution) des carcasses afin dacclrer le dmarrage de la phase de maturation.

Llectrocution ou stimulation lectrique des carcasses a des effets directs sur

les phnomnes physico-chimiques et biochimiques dvolution post-mortem du muscle. Parmi ces effets :

- La mtabolisation provoque du glycogne musculaire

- La diminution rapide du pH

- La production dacide lactique

- La relaxation des fibres musculaires

Cette technique de simulation lectrique est dicte par les impratifs

Du rendement : produire plus et gagner plus

Limiter les pertes de poids par vaporation deau superficielle des carcasses

Chaudes

Avec un avantage dhygine alimentaire : le ralentissement (cas de la rfrigration) ou larrt total (cas de la conglation) du dveloppement microbien en particulier pour les carcasses de porc vu les germes de contamination superficielle dus aux oprations dabattage en particulier de

lchaudage (passage des carcasses dans un bassin deau aprs brlage de la soie).

_ Cest la mme technique (lectrocution) que sautorisent certains abattoirs qui pratiquent la saigne rituelle musulmane. Elle est utilise juste aprs la saigne, avant le dpouillement (ruminants) ou lchaudage-plumage pour la volaille. Elle vise immobiliser lanimal afin de limiter les mouvements pot-saigne et consquemment lparpillement du sang, les oprations de nettoyage rptes, pouvoir suivre la cadence infernal mortuaire de la chane dabattage sans oublier lessentiel savoir les fractures, les souillures, le dclassement des carcasses et les pertes conomiques colossales de labattoir

Les consquences dsastreuses sur la qualit hyginique et sanitaire de la viande en particulier de la volaille sont cependant relles.

2.7.3 Phase de Maturation ou de rsolution de la rigidit cadavrique ou Rigor

Mortis

Avec lallongement du temps de la rigidit cadavrique, celle-ci faiblit, la

viande se ramollit et acquiert un arme spcifique. Ces mcanismes ne sont pas tous bien connus malgr leur importance en technologie de la viande, car ils

dterminent les caractres rhologiques (texture, succulence) et organoleptiques

(couleur, saveur) en dautres termes la nourriture excellente (Akle atayab ou atayibet

dans le Coran).

Il semble cependant que la rsolution de la rigidit cadavrique ne rsulte pas de la rupture des liens irrversible qui se sont tablis entre lactine et la myosine donnant confrant au muscle sa rigidit perceptible sur la carcasse mais plutt de la rupture des myofilaments dactine de la strie Z sous linfluence des modifications ioniques , des actions des enzymes (les cathepsines B et D) essentiellement des lysozymes ( poche s denzymes dans les cellules ) dont les membranes sont fragilises par la baisse du pH et dautres systmes enzymatiques protolytiques comme le CASF ( de langlais : calcium actived sacroplasmic factor) qui hydrolyse l actine prsente dans la Strie Z. Ce CASF hydrolyse galement la strie M et dautres protines de structure.

Cette Phase est particulirement importante pour obtenir une viande ovine et surtout bovine de qualit (tendre et succulente). Elle est de moindre importance

pour la volaille vu la structure et la composition de la chair.

3. La saigne

3.1 .Dfinitions

Aprs cet expos simplifi des donnes scientifiques qui sont plus complexes et

dont beaucoup restent dcouvrir, il est utile daborder le moteur dclenchant

de ces phnomnes en loccurrence : la saigne.

A titre dinformation uniquement pour la dgradation (hydrolyse) de la molcule

ATP source dnergie chimique du muscle, il y a plus de 40 molcules entre substrats, ractifs, catalyseurs, produits intermdiaires et terminaux qui ont une influence directe oui indirecte sur la qualit de la viande. La saigne a pour but dentraner la mort de lanimal et dvacuer son sang pour initier les phnomnes de transformation du muscle en viande consommable. Un animal non saign est un cadavre caractris par le dclenchement de phnomnes concomitants de rigidit cadavrique, dautolyse, daltration et de putrfaction.

*Nen dplaise lhomme moderne, la rfrence historique crite de la pratique de la saigne remonte Abraham(Ibrahim) qui lordre Divin fut signifi en songe dgorger un mouton la place de son fils :

Au nom de Dieu, le Clment, le MisricordieuxNous tavons

certes, accord lAbondance. Accomplis la Salt pour ton Seigneur et sacrifie. Celui qui te hait sera certes, sans postrit (Sourate lAbondance verset 108) et plus anciennement encore, les rcits de lancien testament qui rapportent nonseulement ce fait religieux mais qui dtaillent galement cette opration de mise mort des animaux une multitude de fois. Cest dire son importance depuis les temps reculs de lhistoire.

Cet ordre Divin impose implicitement la saigne pour que lhomme se distingue des animaux de proie (carnivores) qui ont tous cet instinct de survie ou plutt cette capacit Divine de reconnatre le point sensible (la cl) pour entraner la mort de leur proie.

Lhomme moderne doit se rsoudre cette vrit quil na fait qulucider les

mcanismes par sa science.

Bruno HOULIER dans son ouvrage, Rcolte et Traitement du sang des abattoirs dition CEMAGREF 1988 donne la dfinition suivante :

Saigne et gouttage : La saigne est lopration qui par section ou ponction

de vaisseaux de gros calibres, permet llimination du sang du corps de lanimal. Elle doit tre ralise de faon ce que cette limination soit la plus complte possible. Lvacuation du sang se fait grce aux contractions cardiaques (cur) qui persistent aprs linsensibilisation (assommage mcanique, lectrique ou gazeux) ; ces contractions encore fortes en dbut de saigne o le sang est vacu par des forts jets saccads, deviennent aprs un laps de temps variable selon les espces de plus en faibles.

Lgouttage, cest lcoulement du sang des vaisseaux sanguin par gravit sans lintervention du cur qui a cess de battre.

3.2. Facteurs intervenant dans la quantit du sang vacu

3.2.1. Lespce, la taille, lge, les conditions de vie

Le volume de sang vacu dpend directement du volume du sang prsent dans

lanimal On admet que la quantit du sang circulant, apte lvacuation denviron 1/12me 1/15me

du poids vif de lanimal mais selon cet auteur, seuls 5% du poids vif sont

vacus.

La quantit de sang prsente varie selon lespce animale, lge et les conditions de vie (mode dlevage). Les animaux actifs (levage extensif ou en plein air) ont un volume de sang plus important que les animaux moins actifs (levage intensif) : bufs lengrais, poulet en batterie.

3.2.2. LEtat physiologique de lanimal au moment de labattage

Le volume de sang vacu dpend des conditions aux instants prcdant la

saigne Labreuvement de lanimal avant la saigne a une incidence directe sur la quantit du sang vacu.

Un animal bien abreuv saignera plus et donc vacuera plus de sang quun animal non abreuv. Cest une rgle de la Souna (tradition prophtique) qui date de plus de 14 sicles, souvent ignore ou nglige par les professionnels de

labattage rituel musulman

3.2.3. Ltat de fatigue, le surmenage, le stress

Ils ont une influence ngative sur la quantit de sang vacu car ces facteurs agissent directement sur la dynamique circulatoire. La quantit de sang restante dans la viande est importante : En somme tous les facteurs portant atteinte au bien tre animal entranent une saigne incomplte et des dfauts de la viande (viande non halal selon les donnes religieuses).

3.2.4. Les techniques dabattage ou de saigne

Il est prouv que les techniques dabattage ont une influence sur la qualit de la

saigne et donc de la quantit de sang vacu :

La Position de lanimal lors de la saigne

Sans ou avec assommage mcanique ou physique, lectrique ou gazeux (suffocation), la position de lanimal au moment de la saigne influe sur la quantit de sang vacu. Il a t dmontr par plusieurs travaux de rcolte de

sang aprs saigne- gouttage que la position en dcubitus c'est--dire en

position couche de lanimal selon la mthode Islamique qui correspond la

position naturelle et physiologique de lanimal permet une vacuation du

sang beaucoup plus importante que la position verticale c'est--dire un animal suspendu. En effet lorsque lanimal est suspendu (position non naturelle) le cur est comprim sous le poids des organes thoraciques et surtout abdominaux, les intestins et les estomacs, surtout sils sont chargs de nourriture. Ce phnomne est particulirement remarqu chez les ruminants qui ont 4 estomacs

(Rumen, rseau, feuillet et caillette).

Ce travail de mesurage du sang aprs la saigne est la porte de tout profane dans un abattoir pour faire sa propre opinion.

Ces travaux ont dailleurs t lorigine de lutilisation de la saigne sur lanimal couch principalement des moutons en Australie, dans certains abattoirs de France et partout ailleurs afin de rcolter des quantits importantes

de sang en vue de sa valorisation industrielle.

3.2.5 Mthodes dassommage

Ces mthodes bouleversent les fonctions physiologiques de lanimal, en

particulier les fonctions de lappareil circulatoire dont le cur est le moteur. Les contractions de ce dernier faiblissent aprs assommage. Elles le sont davantage

et aboutissent larrt du cur si le temps coul entre lassommage et la saigne est prolonge.

Voil pourquoi dailleurs au niveau des abattoirs on insiste auprs de loprateur de saigne dexcuter immdiatement et sans dlai la saigne juste aprs lassommage.

Le non-respect de cette recommandation, si lanimal nest pas encore totalement

mort aboutit une rtention du sang, une vacuation faible et la viande sera gorge de sang, saigneuse et se conserve mal avec des risques sanitaires levs.

En cas darrt du cur, cest la dfinition mme dun cadavre non consommable

objet de saisie vtrinaire rglementaire dabattoir.

3.2.6 La Mthode de saigne

La quantit de sang vacu dpend de la nature des vaisseaux sectionns.

Il existe diffrentes mthodes :

- Saigne pr thoracique : section ou ponction des vaisseaux veineux et artriels au niveau de lentre de la poitrine

- Saigne rtro maxillaire : section du ou des faisceaux jugulaires-carotide en

arrire du bord postrieur du maxillaire infrieur

Lgorgement (mthode rituelle judaque et Islamique) qui est une saigne rtro maxillaire mais la section de tous les faisceaux jugulaires-carotides est totale accompagne de la section de la trache et de lsophage dont les effets positifs sur lvacuation du sang ne peuvent tre totalement exclus, mme sil nexiste pas de travaux dans la bibliographie sur ce sujet.

Daprs Bruno Houlier, la saigne pr thoracique permet une vacuation plus

importante que la saigne rtro maxillaire en raison de la proximit de la section des vaisseaux par rapport au cur.

Cependant la plupart des donnes bibliographiques saccordent pour dire que la saigne rtro maxillaire selon le rite Judaque et Islamique permet une vacuation plus importante de sang.

Conclusion

Ces donnes mme simplifies permettent nanmoins de faire valider des dductions logiques mme en labsence de rsultats quantifis et tangibles de

travaux de recherche.

Parmi ces dductions, force de constater que :

? Linterdiction dimmobilisation de lanimal mort aprs la saigne ou vivant par lectrocution, par tourdissement physique ou au gaz entrane

inluctablement des mouvements ou de lagitation incontrle source de fractures des os et consquemment de dclassement des carcasses potentialis par des risques sanitaires et des pertes conomiques dabattage principalement parmi les animaux immatures dont le poulet de llevage intensif (poulets de 30 5o jours environ) avec des os encore trop fragiles constitue une belle illustration. Cette interdiction constitue donc une garantie du respect de la vie

des animaux et un facteur limite de lge respecter pour labattage grande

chelle de ces animaux et leur transformation en nourriture pour les hommes.

? Lors de transformation du muscle en viande aprs la saigne et la transformation de ce mme muscle en cadavre, il existe une phase commune, qui tire son nom dailleurs partir de lobservation des cadavres: la Rigidit

cadavrique ou rigor mortis.

Cest dire que les processus physico-chimiques et biochimiques dvolution du

muscle en cadavre ou en viande consommable pendant un certain temps sont similaires et concomitants. Cest leur dviation et leur importance sous laction de certains facteurs et principalement la prsence ou labsence du facteursaigne et sa qualit qui les oriente dans un sens ou dans lautre avec la dominance ou leffacement de lun ou lautre. En effet dans lvolution cadavrique, il existe des ractions physico-chimiques et biochimiques de transformation du muscle en viande et dans lvolution du muscle en

viande aprs la saigne, il existe galement les mmes ractions de transformation du muscle en cadavre . Pour preuve que ces processus sont similaires et concomitants : Le Gibier de chasse (oiseaux, lagomorphes,

mammifres etc.) par ailleurs religieusement licite.

Depuis les temps anciens lhomme chasse et consomme le gibier. Mme de nos jours avec la sophistication du matriel de chasse, le gibier est trouv le plus souvent mort donc non saign lexception de quelques saignements, dus limpact dun projectile. Sans lintervention de lhomme dans les minutes ou les heures qui suivent la capture, ce dernier voluera inluctablement en cadavre. Cette intervention de lhomme consiste retirer les viscres (viscration),

lments dimportance capitale dans le processus dvolution de ce gibier en cadavre. Par cette intervention lhomme dvie ce processus vers une viande consommable et rend le processus cadavrique minoritaire, imperceptible mais sans pour autant pouvoir le faire disparatre compltement. Pour preuve galement si ce gibier nest pas cuisin ou trait pour tre conserv, il voluera comme un cadavre avec laccumulation de substances dautolyse et de putrfaction mme si leur teneur est moins importante du fait des parties retires qui ont un rle prpondrant dans lmergence de lentit cadavre .

Tout le secret de la qualit de la saigne rside en ralit dans ces faits scientifiques avrs

La notion et lentit cadavre existe bien dans la chair dun animal saign selon labattage traditionnel ou rituel. Cest pour rduire cette entit cadavre un niveau insignifiant, imperceptible quil est primordial que la saigne soit aussi

parfaite que possible, c'est--dire lvacuation maximale du sang en liminant tous les facteurs cits prcdemment influenant son bon droulement Cest cette condition et uniquement dans ce cas quon tend manger la nourriture excellente (akle Tayeb).

En effet le sang par son caractre hautement putrescible que personne ne nie, constitue un facteur important dans la dviation des processus de transformation

du muscle en cette entit cadavre . Plus sa quantit dans la viande est importante (animal mal saign, ou saigne incomplte) plus cette entit cadavre

devient perceptible avec une dviation concomitante, aussi infime soit-elle, des processus de transformation du muscle en viande consommable.

Aussi, la cachrisation de la viande selon la pratique judaque (une sorte de blanchiment froid de la viande : salage, rinage, enlvement de toutes les tches ou vaisseaux sanguins etc.) vise en ralit la rduction de lentit

cadavre, de leur nourriture mme si leurs spcialistes ne saccordent pas avec

mon point de vue.

En dfinitive les mthodes dassommage diverses dites dinsensibilisation avant la saigne agissent toutes sur la physiologie de lanimal, sur la saigne et sur les processus physico-chimiques et biochimiques du muscle en viande. La saigne est incomplte, les processus sont dvis vers lmergence de lentit cadavre . Elle est dailleurs perceptible la cuisson lorsque les vaisseaux sanguins gorgs de sang clatent sous leffet de la chaleur (voire figures 1et 2), dans les morceaux de viande qui entourent les os et plus particulirement autour des articulations. Les substances volatiles dsagrables lodorat qui caractrisent Lentit cadavre sont plus perceptibles que dans une viande dun animal sacrifi selon le rite musulman. Ces odeurs dsagrables sont

dailleurs connues sous le nom de Puanteur dos.

La figure 2 montrant les vaisseaux sanguins cuits clats sous leffet de la

chaleur lors de la cuisson est observe et vrifie chez le poulet, la dinde, le buf, le mouton, le lapin ayant subit un assommage physique, chimique ou mcanique

Sagissant de llectrocution aprs la saigne selon le rite musulman, les consquences sont plus graves sur tous les plans. Sur le plan qualit de la viande et lmergence de lentit cadavre cite plus haut :

Limmobilisation de l ani mal mort aprs la saigne par lectrocution faiblit rapidement les contractions du cur, qui dj, sans cette technique

supplmentaire, sorientent vers un affaiblissement et larrt.

Le blocage des mouvements des membres et mme de tout le corps par lectrocution prive les contractions du cur de cet apport supplmentaire de

force issue des mouvements post- saigne pour le vidage du sang.

Cette immobilisation rduit galement lvacuation du sang par gravit pendant la phase dgouttage. La saigne nest pas complte avec donc une dviation des processus dvolution post mortem du muscle en viande en un processus

dmergence de lentit cadavre .

Les phnomnes physico-chimiques et biochimiques de transformation du muscle en viande sont bouleverss car il sagit en ralit dune stimulation lectrique trs prcoce (juste aprs la saigne).

Lentit cadavre dans ce cas prcis peut tre appele entit cadavre Ramollie ou molle car la phase de rigidit cadavrique se trouve en quelque sorte zappe

par ce procd. Lentre en phase de maturation trs prcoce avant mme la dpouille ou lchaudage - plumage pour la volaille nest pas sans consquences

sur la qualit hyginique et sanitaire des carcasses surtout la volaille

vu son mode dabattage (bassin dchaudage-plumage) dont le nombre de germes de la surface de la carcasse peut dpasser facilement 107 germes par cm et parmi ces germes certains sont dangereux pour la sant (entrobactries : E.coli, Campylobacter jejuni, Streptocoques fcalis, Clostridium perfringens.et ventuellement des Salmonelles). Ce ramollissement prcoce facilite la prolifration et la migration des germes travers les traves conjonctives vers les masses musculaires en profondeur. Les carcasses et la viande ne se

conservent pas bien. Elles saltrent vite avec la probabilit dun risque sanitaire

lev surtout si les conditions dhygine ne sont pas respectes.

Il sagit dun processus daltration et de contamination dominance descendante (de la surface en profondeur) phnomne inverse au processus entit cadavre o les processus biochimiques, physicochimiques et microbiologiques daltration sont dominance ascendante (des organes internes en particulier du tube digestif) vers la surface du corps

sauf si cette dernire est fortement endommage.

Remarque 8

Ne pas confondre avec lsions visibles sur un cadavre (altration de la couleur de la peau) , qui sont descendantes cest dire partent du niveau de la tte

en particulier,des gros faisceaux des vaisseaux sanguins du cou vers les membres infrieurs.

Plan moral:

a)Tromperie et porte mme atteinte la langue franaise car llectronarcose

aprs la mort na pas de sens moins de prouver que lanimal demeure vivant et si cest le cas quel instant ?

Serait il possible de la pratiquer sans provoquer un arrt brutal du cur au moment ou il se contracte pour vider de son sang et au moment ou il tend vers un arrt du fait de la saigne ?

b) Lanimal tant mort cette opration vise augmenter dune part le rendement, ce qui est contraire la notion mme du sacrifice et des principes fondamentaux de lIslam en matire de mise mort des animaux pour notre propre survie,

dautre part, elle vise paralyser lanimal saign afin

Quil ne dgage et nparpille pas le sang dans lespace de saigne par ses mouvements post-saigne.

Dviter des nettoyages rpts et fastidieux

De rduire la consommation deau et des effluents dabattoir ( loi su r l eau

: principe du pollueur payeur).

Dassurer lhygine de labattage et attnuer le stress des animaux en attente dabattage la vue du sang

DEviter les pertes conomiques dues au dclassement des carcasses suites aux fractures, aux traces de traumatismes trs apparentes surtout

parmi le poulet de llevage intensif (30- 43jours de vie), les veaux levs en

batterie et les animaux, toute espce confondue, dont ltat dembonpoint nest pas satisfaisant ou relatant un manque de soin dlevage.

? La notion de saigne est vide de son contenu ce qui est contraire lIslam. Cette technique est exploite au nom du bien tre animal, do son appellation trompeuse.

De plus par cette approche, les investisseurs et industriels de matriel dabattage

ne sont pas encourags innover pour mettre sur le march un matriel adapt et

amliorer le bien tre animal, lment fondamental dans linterprtation

religieuse et scientifique des interdits alimentaires islamiques.

Le monde musulman doit se rsoudre admettre que lindustrie de labattage existante est faite pour tre inoprante pour la mthode islamique, par consquent toutes les critiques sont pour la plupart fondes par lemploi de cette industrie dabattage sans la moindre tude de faisabilit (Etude fonctionnelle). Plus grave encore, cette industrie est exporte et installe sans aucune

modification grande chelle dans tous les pays musulmans avec les mmes techniques oprationnelles dabattage dans un milieu socitaire dfavorable vu le niveau de technicit des hommes, les retards technologiques, lignorance, linsouciance et leffacement de la morale professionnelle devant lacharnement de lhomme au profit mais qui se rfugie derrire le mystique pour le masquer

hlas ! , La souffrance de lanimal dabattage qui est au cur des interdits alimentaires a atteint dans ces pays des niveaux intolrables. Le temps, lnergie

et les moyens financiers mobiliss pour tudier lutilisation de telle ou telle mthode ou technique et son adquation avec les donnes religieuses islamiques avec le dclenchement dactions dincomprhension, de dnigrement des uns et des autres (musulmans et non musulmans) et de vouloir les entretenir pour marquer sa diffrence et son identit, devraient tre investis dans linnovation technologique dune industrie dabattage conforme au bien tre animal qui est

li aux interdits alimentaires islamiques par une relation de cause effet. Ce dernier est au cur de lalimentation licite islamique (Halal) et illicite (Haram).

Annexe :

Interprtation des images et la place du sang dans les trois religions monothistes

Les images ci-dessous qui sont la porte de tout profane, illustrent en partie

les donnes de ce texte. Elles sont constates chez toutes les espces.

? Dans les pays civilisation chrtienne, le sang est un produit alimentaire trs apprci pour sa haute valeur nutritive, ce qui est scientifiquement vrai

? En religion Hbraque, il reprsente l me par consquent sa

consommation constitue un sacrilge, do la cachrisation des carcasses

? En religion musulmane, linterdiction de consommer le sang est clairement annonce plusieurs reprises dans le Coran sans la prcision

du pourquoi de cette interdiction.

Ces donnes relatent la consommation dun interdit clairement annonc quest le sang, dautant plus que les oprations dassommage lectrique , chimique ou mcanique visent avant tout retenir une certaine quantit de sang vu sa valeur nutritive et vu les gains de poids engendrs par cette rtention aussi infime soit- elle et mme si, cest les notions de protection animale et dattnuation de la

souffrance qui sont propulses en avant sur les plans scientifiques rglementaires et culturels pour ne pas dire religieux.

Consquences de llectrocution (assommage lectrique avant ou aprs la

saigne (Dabh ou Nahr en arabe)

Bon Apptit : Poulet au boudin Halal

Publier avec l autorisation de notre ami

Dr DEFFOUS Yahya

Expert Prs la Cour dAppel de Versailles


Mis à jour (Mercredi, 15 Février 2012 13:11)

 

La repression des fraudes et des falsifications

[1]

[2] Les fraudes et les falsifications sont rprimes par la loi du 1er aot 1905. Cette loi a t modifie plusieurs reprises, elle est dsormais intgre dans le Code de la consommation (art.L213-1s).

Le Code de la consommation prohibe dune part, les fraudes, dautre part, les falsifications. Il dtermine leurs sanctions.


Les fraudes: constitue une fraude le fait de tromper ou de tenter de tromper un cocontractant par tout moyen ou procd sur certaines caractristiques du produit ou du service.

La fraude suppose les lments suivants:
lexistence dun contrat. Il nest pas ncessaire que le contrat soit conclu, une offre de contrat suffit. La nature du contrat importe peu (vente, location);
une marchandise ou une prestation de service: la fraude porte sur une marchandise ou sur une prestation de service;
laltration dune des caractristiques du produit ou du service numr dans larticle L213-1 du Code de la consommation. Les principales caractristiques sont la nature, lespce, lorigine, les qualits substantielles, la composition ou la teneur utiles du produit, la quantit de marchandises livres, laptitude lemploi, les risques relatifs lutilisation du produit, les modes demploi ou les prcautions prendre;
la ncessite dune intention frauduleuse. Lauteur de la fraude doit tre de mauvaise foi. Cela signifie quil doit avoir conscience que son acte est contraire aux articles L213-1 et suivants du Code de la consommation. La mauvaise foi est prsume pour les professionnels, ils sont censs connatre la rglementation et les produits quils vendent. Dune manire gnrale, les vendeurs professionnels (importateurs, distributeurs) ont une obligation de vrification des produits quils commercialisent.

Le prjudice de la victime nest pas un lment constitutif de la fraude. Il importe donc peu que la victime de la fraude nait pas subi de dommage. Cest la tromperie en elle-mme qui est sanctionne.

Les falsifications: la falsification est la consquence de laltration de denres destines lalimentation de lhomme ou de lanimal. Les denres sont entendues dans un sens large. Il sagit des aliments au sens strict, mais aussi des substances mdicamenteuses, des boissons, des produits sanitaires et phytosanitaires (art.L213-3 C.consom.).

Un faux produit doit tre cr. Ce dernier peut ltre par addition, soustraction ou retranchement dun produit qui entre dans la composition normale du produit (ajouter de leau dans du lait, sucrer le vin, veau aux <

Les personnes poursuivies sont celles qui ont fabriqu le faux produit, ou qui lont distribu ou qui lont expos la vente.

Les fruits frais, les lgumes frais, ferments ou corrompus sont exclus de la lgislation sur la falsification. Lexclusion se justifie par le fait que laltration de ces produits est, le plus souvent, naturelle (art.L213-3 C.consom.).

Les sanctions: les fraudes constituent le dlit de tromperie et les falsifications le dlit de falsification. Les sanctions sont communes aux deux dlits. Sagissant dun dlit, lauteur de la fraude ou de la falsification comparat devant le tribunal correctionnel. Lauteur, personne physique, est passible dune amende de trente sept mille cinq cent euros et/ou deux ans demprisonnement. Lauteur, personne morale, encourt une peine damende gale cinq fois celle applicable lauteur personne physique, soit une peine maximale de cent quatre vingt sept mille euros.

Des circonstances aggravantes sont prvues. Les peines sont alors doubles. Il sagit du fait que la fraude ou la falsification rend lutilisation du produit dangereuse pour la sant de lhomme ou de lanimal. La fraude a t commise laide de poids, mesures et autres instruments eux-mmes falsifis ou laide de manuvres ou procds tendant fausser frauduleusement la composition, le poids ou le volume des marchandises.

Des peines complmentaires peuvent tre infliges lauteur du dlit (art.L216-2 et L216-3 C.consom.). Ce sont notamment la confiscation des marchandises, la publication et laffichage de la dcision de condamnation.

Le Prsident du tribunal de grande instance peut ordonner la consignation des marchandises souponnes dtre falsifies en cas datteinte aux intrts des consommateurs ou la loyaut des transactions. La consignation a une dure maximale de quinze jours. Pendant la dure de la consignation, des vrifications sont effectues afin dtablir lexistence ou non dune fraude ou dune falsification (art.L215-7 C.consom.).

Le fait que les fraudes et les falsifications soient assorties de sanctions pnales est dissuasif.

http://www.distripedie.com/distripedie/spip.php?article513&var_recherche=fraudes


 

le respect de l'animal

La personne qui gorge doit tre un musulman qui est mentalement capable dentreprendre ce geste ainsi quil doit bien connatre les procdures sur labattage islamique

- Lanimal tre abattu doit tre lgitime selon la Loi islamique

- Lanimal tre abattu doit tre vivant au moment de labattage

- Lexpression Bismillah (au nom dAllah) doit tre invoque avant labattage de chaque animal

- La lame de couteau doit tre pointu et aiguis et ne doit pas quitter la rgion du cou de lanimal pendant le processus

- Lacte dabattage doit rompre la trache, sophage et artres principaux et veines dans la rgion du cou

Les bienfaits de manger halal et le respect de l'animal

- labattage se fait la plus humainement possible sans torturer ou blesser lanimal durant le processus

- lanimal meurt sur le champ, ce qui vite sa souffrance

- la nourriture est plus hyginique et propre puisque les standards de qualit sont plus levs

Une tude faite en Allemagne par le Professeur Schultz et le Dr. Hazim montre la douceur de la mort des animaux selon le rite musulman et leur souffrance lors de leur mort par coup de pistolet

Avec lusage de llectrocardiogramme (ECG- cela mesure le courant lectrique gnr par le battement cardiaque) ainsi que llectroencphalogramme (EEG- cela mesure lactivit lectrique du cerveau) sur le cerveau des animaux durant labattage halal ainsi que labattage pratiqu en Occident ( Captive bolt stunning), ltude dmontre plusieurs faits intressants :

Pour labattage Halal :

-il ny avait eu aucun changement dans lactivit du cerveau (EEG) avant labattage ainsi que pendant les 3 premires secondes de labattage, ce qui indique que lanimal na pas senti de douleur pendant ou aprs lincision

-Pour les 3 prochaines secondes, le EEG a enregistr une condition de sommeil profond- inconscient (ceci est d au fait quil y a une grande portion de sang qui coule du corps de lanimal)

-aprs ces 6 secondes, le EEG a enregistr un niveau zro ( 0 ), ce qui montrait aucune sensation de douleur. Lorsque le message du cerveau sest rduit ce niveau zro, le cur battait toujours et le corps convulsait vigoureusement (un rflex de la moelle pinire ), ce qui rsultait en une extraction dun maximum de sang du corps de lanimal, rsultant en une viande plus hyginique pour le consommateur

Captive bolt stunning (un coup la tte de lanimal avec un pistolet spcialise avant labattage de lanimal) :

- ces animaux deviennent inconscients suite ce coup

- le EEG (lactivit de cerveau) dmontrait une douleur atroce suite cela

- le cur de lanimal a cess de battre suite ce coup (ce qui rsultait en une rtention de plus de sang dans la viande- ce qui rend la viande moins hyginique et plus propice aux bactries et maladies )

Par Baladislam - Publi dans : Vivre dans la Sunna

 

Halal parlons en

La Traabilit pour les consommateurs musulmans celle-ci ne doit pas sarrter au traage gographique et sanitaire ou a la qualit des produits!

Compte tenu de a spcification Elle doit aussi sutiliser pour certifier, et prciser la faon dont lanimal a t sacrifi.!

De ce faite il faut dfinir une mthode dabattage, et crer un cahier des charges

Cette mthode doit tre dfinie par la sunna et le Coran !

il faut savoir que dans le monde , pour les musulmans ces mthodes ce dfinissent par apport a des coles selon ces coles les habitudes dabatage son parfois un peut diffrentes

Ce sont bien souvent des actes pour complter et mieux faire ,comme celle de diriger l animal vers La Mecque, faire en sorte que l animal ne voit pas son frre gorg ,le faite que lanimal ne voie pas le couteau , que le couteau soi bien aiguis, que la personne qui face le sacrifice soit musulmane et ai une connaissance suffisante, car on gorge pas nimporte comment un buf!

Il faut imprativement que les frres qui sacrifient aient une formation adquate de prfrence par un rel organisme de formation .le plus grand ennemi du halal traditionnel et denotre rituel, est que au nom de la rentabilit et de l argent on fait tout et nimporte quoi

La sacrification est un acte religieux! Au mme titre que la prire

Nous ne devons pas nous laisser dpossder de cet acte sacr! Lirresponsabilit de certains organismes qui font contrler leurs produits par le personnel appartenant aux abattoirs ou aux units de fabrication pour les produits finis et mme parfois sans aucun contrle. Comment peuvent ils affirmer que tel ou tel produit est halal, on ne peut tre juge et partie il faut des contrles et une traabilit indpendante des socits des industriels, et des associations qui sacrifies,

Lindustriel cest une vidence votre argent l' intresse et la les musulmans ne drangent plus mme avec le foulard! Mai les associations, les mosques quen dire, quand elles trichent oui cest scandaleux elles sont musulmane

Les acteurs du halal ne devraient-ils pas tre transparents! Et de ce fate donnez une information complte aux consommateurs c est un minimum non?

C'est--dire en marquant et en affirmant clairement sur leurs produits un minimum de renseignements

Qualit de la viande franaise ou pas?

Sacrifi manuellement traditionnellement au nom de Dieu par un musulman? Ou mcaniquement?

lectronarcose ou pas?

Dirige en direction de La Mecque ou pas?

Est-ce que le sacrificateur se contrle seul, ou ya til un contrle indpendant pour nous certifier que lanimal a bien t gorg selon un cahier des charges prs dfini a disposition bien entendu des consommateurs?

Nous pensons que simplement en suivant ces quelques prescriptions et en tiquetant ces quelques renseignements sur chaque produit halal nous pourrions, peut tre parl srieusement de produit halal, car ce jour il nous apparait que beaucoup dindustriels, beaucoup dorganismes de certifications de soi-disant organismes de traabilit dassociations soi-disant musulmanes ont une vision trs personnelle pour ne pas dire totalement erron de ce quest un produit halal.

Il nous semble que dans l attente dune dfinition reconnue ou dun label hypothtique que nous attendons tous depuis une trentaine dannes il nous faut agirent.

Sommes-nous devenues des consommateurs de seconde zone ?

La solution!

Des produits nettement dfinis qui permettraient aux consommateurs de ne plus se faire rouler dans la farine!

Et aussi de faire intervenir les services de rpression des fraudes en cas de tromperie!

Chose que nous ne pouvons faire en ltat, personne ne se mouille et personne nexplique clairement a quoi correspond, son halal, son produit, sa fabrication, et les mthodes dabattages utilises, la plupart des acteurs du halal ce cache derrire le mot halal sans jamais prciser ce qui ce cache derrire ce mot cest scandaleux!

Personne ne sengage rellement et cest pour cela que nous nous trouvons dans une situation aussi dplorable, voire mme dangereuse

En ce qui concerne les produits halal

IL nous semble ADCM que la moindre des choses est dinformer correctement les consommateurs!

Et nous pensons que ces exigences sont lgitimes! trs facilement applicables nous appelons tous les acteurs du halal a appliquer ces recommandations, seule cette transparence et ces exigences permettront aux consommateurs de choisir et de consommer le halal qui leur convient

nous pensons que grce ce procd simple peut couteux que enfin les musulmans deviennent des consommateurs aviss et combls et en plein accord avec leur religion.

Cela permettra aux acteurs du halal dtre en paix avec eux mme et de ne plus mentir par omission

Nous mettons sur le cite ADCM.ORG

Un questionnaire et une ptition nationale pour exiger de tous les acteurs du halal un engagement personnel, sur au moins trois points ,et une description, complte de labattage travers un cahier des charges exacte et facilement consultablepar les consommateurs

Ceci afin de prserver la dignit et le plein droit des consommateurs qui ce jour sont bafous

Cette ptition sera remise tous les organismes gouvernementaux concerns

Afin dexiger et de prserver notre plein droit au halal et notre religion!

Ali Pillois Prsident de ADCM

 
Plus d'articles...